Schön Magazine

Le Schön magazine

Une journée de shooting particulière

Tu le sais peut-être ou peut-être pas. Mais, chaque année en Février et en Septembre ont lieu aux quatre coins de la planète la Fashion Week. En Février dernier, je me suis donc envolé pour New York, première ville de la FW. Deux jours après mon arrivée pour la Fashion week à New York j’ai été booké pour le Schön magazine. Alors, j’étais super contente, un magazine c’est toujours sympa à faire (bien que non rémunéré). Je n’étais pas au bout de mes peines.

Rejoins le club

En rejoignant le club tu auras accès à notre bibliothèque de ressources gratuites disponibles uniquement pour les membres. Cette bibliothèque est protégée par un mot de passe qui te sera communiqué à la fin de ton inscription au club. En plus de ces ressources, tu recevras des offres exclusives par mail!

Alors, si ça te tente, rejoins-nous!

Ce qu’il faut savoir lorsqu’on shoot un magazine

1. Les shootings pour éditoriaux (magazine) sont peu ou très rarement rémunérés.

C’est tout simplement un échange de bon procédés. Toute la team (coiffeur, photographe et bien plus) donnent de leurs temps. Ce temps et créativité est donnée afin de réaliser de belles photos et faire jolie dans un portfolio. Oui oui, parce que c’est l’intérêt pour tout le monde, avoir les photos d’un des magazines les plus en vogue en ce moment dans son portfolio.

2. Je sais très rarement à quoi m’attendre.

J’ignore souvent combien on sera parce qu’on ne me communique pas toujours le call sheet. Qu’est-ce que le «call sheet» ? C’est un document qui reprend dans tous les détails le lieu du shooting, les heures de travail. La société qui s’occupera du repas tout au long de la journée. Il répertorie toutes les personnes sur le set du photographe avec tous ses assistant, à la production au client lui-même. C’est donc un document plus ou moins important puisqu’il regroupe également le contact de tout le monde. 

3. Je ne sais pas toujours le thème du shooting à l’avance.

Le dernier document qui permet à chaque personne sur le set d’avoir une idée générale du shooting est le moodboard. Le moodboard reprends des photos d’inspirations dégagent une certaine idée, un certain mood. Il est montré aux mannequins en début de shooting pour les aiguiller.

Le cadre du shooting

Revenons à notre histoire avec le Schön magazine. Donc deux jours après mon arrivée à New York, j’étais booké pour ce magazine. Comme dit précédemment je ne savais rien du shooting hormis une information : on shooté dans une église. Oui oui, à St Paul’s Episcopal Church à Brooklyn. Je te laisse imaginer la confusion ressentie lorsque j’ai eu mon agent au téléphone me confirment bien le lieu. Premier étonnement, mais après tout, pourquoi pas. Ça fait un petit moment que j’ai arrêté de chercher une explication dans ce milieu.

Je me pointe le jour j à 08h20 pétante. Je me faufile dans l’arrière de l’église jusqu’à ce que quelqu’un réalise mon arrivée. On m’accueille, on m’envoie manger un petit déjeuner. Je compte chaque mannequin potentiel dans la pièce, j’en compte huit ainsi qu’une enfant et deux mannequins plus âgés. Je commence à être de plus en plus perplexe. On commence mon tunning, je patiente entre les mains du coiffeur, les mains du maquilleurs et à la manucure.

Je ne me rappelle pas combien de temps s’est écoulé depuis mon arrivée. Mais, de ce que je peux voir tout le monde est quasiment près. On vient finalement me chercher, il est enfin l’heure de s’habiller. Une assistante styliste m’accompagne pour m’aider à passer la robe Prabal Gurung qui m’a été attribué. J’ai enfin le droit à des explications concernant le shooting.
C’est assez simple à vrai dire :

Quelle est l’histoire?

Trois scènes inspirées par des tableaux de renaissance, trois histoires différentes, trois décors différents qui prennent tous place dans la même église. Notre édito du Schön magazine est intitulé « Présence » shooté par Michelle Watt et stylisé par Marisa Ellison veut montrer l’impact des réseaux sociaux et des téléphones sur notre société. L’impact de ses instruments sur des événements de la vie importante.

Une fois tous habillé on nous a emmené au set-up de la première scène. Comme dans toute église il fait froid et sombre. Je ne porte qu’une petite robe trop grande pour moi. Elle est parsemée de plumes, je ressemble tout simplement à un gros poussin, mais un poussin avec classe. La photographe, Michelle commence à nous positionner et elle nous indique ce qu’elle attend de nous.

Schön Magazine 1

Copie du Schön magazine par ici

Analyse du Schön magazine

La première scène

Nous sommes donc tous à un enterrement, nous posons près du cercueil rien de plus naturel j’ai envie de te dire.

Schön Magazine 1.1
Schön Magazine 1.2
Commençons par la gauche

Si on découpe ce tableau en trois, on peut voir sur la droite deux femmes en larmes. Une que l’on présume être la mère et la deuxième la petite amie (pourquoi pas?). On peut voir que le frère de la petite amie lui pose une main chaleureuse sur l’épaule pour la réconforter tout en prenant discrètement le défunt en photo.

Poursuivons au milieu

Au milieu de ce tableau on aperçoit (mais je suis sûr que tu l’as déjà remarqué) le défunt dans son cercueil. Parce que oui, un mec de la production c’est réellement allongé dans le cercueil pour que les photos soient plus réalistes. Je me trouve sur le sol à côté de la petite Presley en pleur mangeant son corné de glace à trois boules. Quant à moi, je semble me précipiter sur ma fiasque d’alcool que je souhaite dissimuler à ma famille tout en cachant ma poitrine.

Schön Magazine 1.3
Schön Magazine 2.1
Enfin à droite

On aperçoit un homme, le père (je l’ai décidé ainsi) tenant son chien adoré qui a refusé de tenir dans mes bras lorsque l’on a échangé nos places. Et deux charmant individus s’enfilant de délicieuses pâtisseries.

Le close-up

Cette première scène a bien mis une heure à être prise en photo, Michelle a ensuite pris des close-up de chaque personnage. Pour mon close-up je fais une nouvelle fois équipe avec Presley que je prends en photo pendant quelle colle son chewing-gum sur le cercueil parce que why not ?

Rejoins le club

En rejoignant le club tu auras accès à notre bibliothèque de ressources gratuites disponibles uniquement pour les membres. Cette bibliothèque est protégée par un mot de passe qui te sera communiqué à la fin de ton inscription au club. En plus de ces ressources, tu recevras des offres exclusives par mail!

Alors, si ça te tente, rejoins-nous!

Schön Magazine 3

La deuxième scène

Si mes souvenirs sont exactes avant la deuxième scènes nous avons eu notre pause déjeuner. À peine le temps d’avaler un burrito végétarien et trois chips que j’étais de retour sur la chaise du coiffeur, du maquilleur et des ongles. J’étais sagement assise entre les mains du maquilleur lorsque la styliste est venue annoncer que je suis l’élue, la marié. Je savais que la deuxième scène était un mariage, mais je n’étais pas prête à ça. Qui dit marié dit maquillage un peu plus élaboré, chignon tiré à quatre épingles et belle robe. Une éternité après, tout le monde et fin près. On se dirige vers l’autel ou un petit garçon ainsi que deux petits chiens nous rejoignent.

Ce fut le plus beau jour de ma vie, paré de ma robe Francesco Scognamiglio Couture, seul le prêtre, ma marraine et moi semblons être intéressé par ce mariage.

Mon époux et ses chaussures plus que ridicules sont trop occupés à répondre a leur message pour écouter notre cérémonie. Gary (notre prêtre) avait bien révisé ses mouvements et les répétés en boucle avec un air sérieux et consterné. Dur de garder son sérieux. On voit Awar en arrière-plan en train de prendre un selfie ou d’essayer de capter la wifi.
Les gens baillent, joue avec mes bouquets, mangent de la barbe à papa ou s’embrassent. J’imagine que la prochaine fois je choisirai mieux mes invités.

Schön Magazine 4.1
Schön Magazine 4.2

On m’aperçoit sur les deux close-up de cette scène. Le premier met en valeur ma robe sertie de strass ainsi que mon magnifique bouquet qui m’a vacciné contre l’envie de m’acheter des fleurs pendant bien longtemps. On y voit Youssouf ( mon cher et tendre) en train de faire un selfie.

Sur le deuxième close-up je ris aux éclats, peut-être pas aux éclats, mais je rigolais vraiment. Si je ne dis pas de bêtise, cette photo a été volée sur le moment.

Schön Magazine 5

La troisième et dernière scène

Cette dernière scène met en valeur un festin pour célébrer ceux doubles événement, un enterrement et mon mariage. Tout ça dans la même église, dans la même journée.

Schön Magazine 6.1

On arrive enfin à la scène finale. Après une journée à me balader en petite robe dans cette église je commence sérieusement à être fatigué. Un dernier round de coiffure, maquillage et ongle et nous sommes fin prêt. Cette fois Presley et les petits chiens nous on quittés. Nous sommes tous regroupés autour de ce dîner, je suis pieds nus. Les chaussures sont trop petites, personne ne l’a remarqué.

Pour le dernier close-up, Youssouf et moi somme les premiers à passer. Je donne les dernières forces que je sens quitter mon corps. Je donne mon regard le plus noir jusqu’à ce que Michelle nous applaudisse pour nous remercier et clôturer notre shooting.

Je n’ai pas attendu une seule seconde avant d’aller me changer me démaquiller et rentrer me reposer.

Rejoins le club

En rejoignant le club tu auras accès à notre bibliothèque de ressources gratuites disponibles uniquement pour les membres. Cette bibliothèque est protégée par un mot de passe qui te sera communiqué à la fin de ton inscription au club. En plus de ces ressources, tu recevras des offres exclusives par mail!

Alors, si ça te tente, rejoins-nous!

En conclusion

Shooter pour le Schön Magazine m’a valu un très gros rhume sur bien 4 jours. Mais, avec le magazine sous les yeux, j’adore le résultat. C’est tellement plaisant de recevoir sa copie et de découvrir le résultat en version papier. Je trouve ça fascinant de voir ce qu’une simple idée peut devenir lorsqu’elle prend vie. J’ai adoré détailler les photos d’anecdotes avec toi.

Copie du Schön magazine par ici

Rattrape ta lecture: Les tendances du mois de JUIN

4 Comments
  • Pingback:Qu'est-ce qu'une capsule wardrobe? - Sloan Rose
    Posted at 12:05h, 08 juin Répondre

    […] Rattrape ta lecture: Le Schön magazine […]

  • Maria
    Posted at 14:05h, 12 juin Répondre

    Bonjour,
    j’ai dévoré ton article!
    Le partage de ton expérience de mannequin est vraiment intéressant, j’en connais pas dans mon entourage et c’est un milieu entouré par une certaines dose de paillettes et mystère (vu de l’extérieur).

    Dans un avion vers Munich, une fille avec un plan du métro, m’a demandé où était la « gare centrale » de Paris, après lui avoir expliqué qu’en France le principe de Hauptbahnhof n’existait pas nous avons papoté, chose qu’entre Français est inenvisageable…Donc elle était mannequin et rentrait après une journée de casting à Paris, j’avais trouvé fou l’aller-retour express car je sais comment c’est fatiguant, en plus c’était une journée particulièrement chaude à Paris et elle était habillée toute en noir (j’étais surprise quand elle m’a expliqué que c’est mieux ne pas se remarquer). Dans le métro direction la gare centrale, elle m’a montré son book où je peinais à la reconnaître d’une photo à l’autre tellement le maquillage et les coiffures étaient différents.

    Bref, tout ce que je raconte tu le sais déjà, mais je voulais partager ce qui m’avait surpris et dont je garde un souvenir très clair même si c’était il y a 6 ans!

    Maria

    • Sloan Rose
      Posted at 14:28h, 12 juin Répondre

      Bonjour, merci beaucoup pour ce retour! Je suis super contente que tu es trouvé cette article interessant.
      C’est un milieu fou et super interessant. Je comprends pourquoi ce souvenir est resté gravé. Je vais poster d’autres articles dans ce style là, j’adore partager mon expérience les bons côtés comme les mauvais!

  • Pingback:Qu'est-ce que la mode éthique?
    Posted at 19:55h, 15 juin Répondre

    […] Rattrape ta lecture: Le Schön Magazine […]

Post A Comment